Err

Votre panier : 0,00 EUR

Les femmes wayuu, femmes araignées

Les femmes wayuu, femmes araignées
Les femmes-araignées wayuu 

Les femmes tisseuses wayuu viennent de l’Araignée, Waleker en wayuunaiki.  Elles sont filles de la sagesse de l'Araignée. Elles ont hérité un savoir-faire en géométrie de l'espace qui est un récit visuel de la contemplation collective. Ainsi, elles dessinent les traces du cheval domestiqué, les viscères de la vache, les courbes des chemins, l'ensemble des étoiles, les yeux du poisson, la tête de la mouche, les crochets en bois parmi d'autres dessins, kanaasü en wayuunaiki. Les mochilas wayuu les plus traditionnelles sont celles qui portent les dessins, les kanaasü,  et qui sont tissées  à un seul fil. 

Les femmes araignées wayuu organisent leur monde à travers le tissage. Chaque mochila ou hamac représente pour elles le tissu familial et social du peuple wayuu. Les mains exécutent un langage visuel de leur monde qui circule entre la pensée et le cœur. Certaines femmes wayuu racontent qu'autant les mochilas ( kattoi et susu) que les hamacs (chinchorros, süi en wayuunaiki) représentent le ventre externe de la mère. Elles tissent alors la circularité de la matrice pour protéger ce qui leur appartient. 

Les femmes araignées wayuu unissent tous les angles de la vie et combinent toutes les couleurs de l’environnement. Elles nous apprennent que le monde est un tissage collectif qu'il faut élaborer depuis l'état de tranquillité, de sérénité et de solidarité. 

 Mythe recueilli par Malohe, Riohacha 
Rédigé le  16 sep. 2018 9:10  -  Lien permanent

Commentaires

Aucun commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.
Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.
Votre commentaire
Votre nom *
Votre Email *
URL de votre site